RETOUR SUR LES ATELIERS 2020 de Parcours paysages

Quel plaisir que d’avoir partagé ces matins de fin d’été avec les participants des trois ateliers de Parcours paysages.

Même masqués, vous rencontrer a effacé les contrariétés de 2020 : son confinement, les rendez-vous annulés ou décalés, … Déjà heureuse de n’être pas plus affectée par cette pandémie, je le suis encore plus d’avoir expérimenté avec vous les premiers ateliers grand public de Parcours paysages.

A Mirabel-et-Blacons, vous avez affronté le soleil encore très chaud, pour observer les synclinaux de Saoû et de Saint Pancrace. Tirer le trait de leur profil nous a aidé à comprendre leur histoire et celle des vallées.

A Soyans, à pas feutrés nous sommes entrés dans le vieux village pour y sentir et saisir les multiples influences du lieu. Nous n’étions pas n’importe où… mais bel et bien dans le « bien beau village de Chantal », venue le redécouvrir dans la bonne humeur de la petite troupe multi-générationnelle.

Enfin à Allex, le 2 septembre, c’était déjà les vendanges ! Sur les calcaires du mont Brézème nous avons dessiné la plaine et percé le secret de son sol humide : la nappe de la Drôme.

Plus qu’une expérience de paysage, une très belle expérience humaine !

Parcours paysages

LES RAMIERES DE LA DRÔME, les dessous du paysage

À l’état naturel, la rivière Drôme est un cours d’eau typique des piémonts subméditerranéens. Son endiguement et des interventions humaines ont exercé de fortes contraintes sur son cours depuis près de deux siècles. Toutefois, ce cours d’eau en tresses, d’une longueur assez rare (108 km) pour les Alpes occidentales, n’est perturbé par aucun grand barrage et certains secteurs présentent une valeur écologique exceptionnelle. La Réserve Naturelle Nationale des Ramières du Val de Drôme protège – sur 346 ha sur 10 km en aval de Crest, sur les communes d’Allex, Chabrillan, Eurre, Grâne et Livron-sur-Drôme – la forêt alluviale, des prairies alluviales, et des milieux aquatiques et habitats pionniers tels que par exemple les bancs de sable et de galets régulièrement remaniés par les crues de la Drôme ; rivière sauvage comme peu d’autres en Europe.

Credit_ParcoursPaysages_Coupe_Ramieres_Final_legendee_sans-min

Le terme Ramières désigne localement des boisements riverains des cours d’eau (ramus : branche). Selon son débit et le niveau de sa nappe d’accompagnement, les sols du lit majeur de la Drôme sont plus ou moins humides, inondés, enrichis par les limons et favorables à une végétation arborée typique des zones alluviales. Ces variations favorisent le dessin de paysages variés, structurent le relief et déterminent les espèces végétales qui y croissent. Le paysage se dessine alors par le dessous.

Les « Freydières », sources alimentées par la nappe d’accompagnement de la Drôme et, par extension les bras secondaires de la rivière, sont protégés elles aussi sur 57 ha à l’aval de la réserve par une réglementation particulière (arrêté préfectoral de biotope ). C’est dans cette nappe que les communes et agriculteurs captent l’eau potable et d’irrigation des cultures. Cette ressource précieuse est intimement dépendante de la quantité et la qualité de l’eau retenue par les sols et la Drôme. Elle est gérée dans la concertation, par le syndicat de rivière Drôme, pour préserver ressource et usages.

La Gare des Ramières, Maison de la réserve naturelle nationale, est un espace privilégié pour s’initier à l’environnement et découvrir les espèces et milieux naturels de la réserve. La maison était l’Hôtel-Restaurant de la Gare d’Allex, gare qui a été détruite après la guerre. C’est aujourd’hui le centre de gestion de la réserve et un lieu d’accueil du public, ouvert tous les jours de 14h à 18h30 en saison estivale.

Pour aller visiter… : https://lagaredesramieres.com/fr/

Parcours paysages

CULTIVER LE PAYSAGE DE 2100, un atelier pour la formation du CFPPA de Die

« J’ai apprécié de commencer la journée par ressentir le paysage. Dans notre formation très technique, il est rare d’utiliser nos sens… ».

Après avoir localisé la Montagne d’Angèle, la Servelle, l’Echarène ou la ferme du Villard, les participants à la formation Agri-tourisme du CFPPA de Die ont saisi par les mots ou le dessin les premiers déterminants du paysage. Bordée de boisements la combe de Brette protège dans son écrin les hameaux et les prairies. Là les cultures de noyers, là-bas les champs de céréales et des coquelicots… L’odeur des genêts montent des espaces en déprise. La Brette au fond du ravin, …

Hervé Reynaud, maire et membre du GAEC de la ferme du Villard, raconte aujourd’hui et hier… L’accueil des campeurs et leur participation à la traite des chèvres et des brebis, l’époque où le troupeau montait chaque jour à l’alpage sur la Servelle et où l’on rapportait lavande et bois de chauffage en chemin. Les parcelles étaient alors bien plus petites et la forêt occupaient moins de place. Les forêts plantées pour atténuer l’érosion ont favorisé le développement d’autres boisements… Ils préservent l’humidité si importante dorénavant en ces années de sécheresse répétées. Les sources naissantes en limite des éboulis calcaires et des marnes reflètent elles aussi cette évolution climatique…

Comprendre hier et aujourd’hui a permis aux apprenants d’imaginer Brette à un horizon très lointain ; de dessiner un nouveau paysage, tenant compte de l’évolution démographique et climatique, mais aussi de leurs propres aspirations. Ils ont imaginé comment organiser l’espace et intervenir sur la parcelle pour optimiser les ressources et favoriser les services rendus par la nature : apport de fraîcheur et d’humus, rétention des eaux et des sols… Le lendemain, ils ont visité une autre activité agri-touristique puis mercredi, puis jeudi… pour à l’issue de cette courte formation affiner leur propre projet ; l’inscrire dans le paysage qu’ils désirent habiter…

Et l’un d’entre eux de conclure « Il y a quelques années, on parlait des paysans comme « artisans du paysage », je comprends. Nous avons véritablement un rôle à jouer dans sa composition ». Cette belle journée d’échange qui a eu lieu fin mai était le premier atelier de Parcours paysages. Un véritable encouragement à poursuivre.

Un grand merci à Caroline et Dominique pour leur confiance.

Pour en savoir plus sur les formations du CFFPA de Die : cliquer ici

Parcours paysages

RACONTER LE PAYSAGE AUTREMENT, la compagnie Bigre ! rencontre le Roubion

Roubion est… un projet artistique qui se balade au bord de l’eau… une expédition.

Cinq artistes réunis autour de la rivière expriment leur fascination et curiosité pour le voyage qu’elle s’invente. Ils mettent des mots, des images et des sons sur l’expérience que leur procure cette rencontre avec le cours d’eau, avec ses riverains passés, présents, futurs, et avec eux-mêmes.

Durant toute l’année 2017, au fil des saisons et des 66,6 km de berges et de cours, le Roubion enrichit leurs pratiques et leurs pensées, depuis ses multiples sources jusqu’à sa confluence avec le Rhône. La courbe que dessine la rivière est aussi leur parcours, leur trajectoire. Elle traverse d’est en ouest la vallée du même nom et la plaine de Montélimar, la Valdaine.

Photo_compagnie_Bigre_Roubion (4)

La traversée vient vite au cœur des préoccupations, interpellant sur les différents moyens, les différentes significations, l’avant, le pendant, l’après, la prise de risque, l’incertitude, la transformation du cours d’eau et de soi …

Dessus, dessous, liquide, solide, sous le soleil ou le vent, en solo ou parmi les baigneurs, les pêcheurs, en silence ou en musique, assec, remous ou miroir, la rivière déambule. Comment l’accompagner, comment improviser avec elle ?

Marie Bouchacourt (dessinatrice, plasticienne)
Xavier Charles (musicien, improvisateur)
Fernand Derroussen (audio-naturaliste, compositeur)
Mathias Forge (musicien, performeur)
Quentin Préaud (dessinateur, typographe)
concluent :

« Il est vivant, changeant, Roubion serait un animal… »

Pour voir leurs productions : cliquer ici

Parcours paysages

DU PARKING AU PARC DE L’USINE VIVANTE

Alors que les anciens bâtiments, construits en 1900, étaient voués à être détruits, l’Usine Vivante est née à Crest (26). Usine de textile en 1900, puis usine de pièces automobiles et aéronautiques pendant la guerre jusqu’en 2013, l’Usine Vivante est aujourd’hui:

  • une association dont les objectifs sont la rencontre entre les acteurs locaux, le partage de connaissances et la participation citoyenne.
  • un lieu qui propose des espaces de travail à destination des professionnels et des associations.

Issu de la rencontre entre plusieurs habitants de Crest et alentours, début 2015, cette association qui transforme une friche industrielle en un lieu professionnel, culturel et convivial, dépasse ses murs et se lance dans la conception participative des espaces extérieurs. Sous l’impulsion de Samuel, réconciliateur paysager, Jean-Guy, créateur de potagers agroécologiques, et de Lise, paysagiste conceptrice, la petite équipe vise 3 objectifs :

  • rendre les espaces extérieurs vivants et animés
  • expérimenter des techniques de réhabilitation de friches
  • donner une autre dimension aux relations concepteur·e / habitant·e / élu·e

Samedi 18 janvier 2020, le top départ du projet est donné, avec l’idée de livrer un plan masse au début de l’été. Le groupe de bénévoles propose aux résident·e·s, voisin·e·s, habitant·e·s d’apprécier ce qu’ils aiment et n’aiment pas et ce que pourrait être la cour de l’usine dans un futur proche.

Espace vert. Espace de repos ou de repas. Espace ouvert sur les résidences voisines et sur les Trois becs. Espace ouvert aux visiteurs et au partage. Espace ludique, d’expression murale et de rafraichissement par brumisation… Toutes les idées recueillies sont désormais à infuser en 4 séances de travail partagées avec ceux qui souhaitent s’y investir, pour dresser peu à peu un véritable projet, pas à pas une véritable métamorphose du parking en un parc.

Bravo !

Pour poursuivre cliquez … et contactez : Laure depuis le site de l’Usine vivante

Parcours paysages

NOUVELLE STRATÉGIE EAU DRÔME, saurons nous être… sage ?

Continuer à se parler…

C’est par une soirée, organisée à l’ancien monastère de Sainte Croix (26), que la journée de présentation de la stratégie du Schéma d’aménagement et de gestion des eaux de la rivière Drôme (SAGE Drôme) a débuté. Les participants, citoyens de la vallée, contributeurs en phase de concertation, avaient été invités à expérimenter par le jeu la gestion d’un territoire traversé par une rivière, le 1er octobre 2019 au soir. Puis, après une présentation du SAGE en matinée, son, regard et rencontre d’acteurs ont été des support à la découverte de la Drôme le 2 octobre.

Les échanges de l’après-midi du 2 octobre ont permis à chacun d’enrichir sa connaissance, et, de saisir les enjeux d’une gestion « sage » de la rivière Drôme. Fréquentation estivale, surconsommation d’eau, changement climatique, ou aménagements et pratiques sur les berges peuvent en effet mettre à mal un travail de longue haleine pour sa reconquête.

Car, la gestion de son bassin versant confiée au Syndicat mixte de la rivière Drôme fait l’objet de toutes les attentions depuis 1992. Plusieurs contrats de rivière ont ralenti sa dégradation et ont permis de retrouver une très bonne qualité de l’eau. Chacun, acteur de cette bonne gestion, peut aller plus loin en consultant le site du SMRD http://www.riviere-drome.fr

Site_Parcours_paysages_191002_SMRD_conference_sonore
Conférence par immersion sonore de Fernand Deroussen, audio-naturaliste

Retrouver ces moments organisés par le Syndicat mixte de la rivière Drôme et de ses affluents (SMRD) et la Commission Locale de l’Eau (CLE) de la Drôme : en cliquant ici

Parcours paysages